Monthly Archives: July 2010

Guest critique n°7 : The A-Team (L’agence tous risques)

Pour nous aider à redémarrer ce blog en dépit de nos activités variées, Mr. J.A. rempile et nous régale d’une nouvelle critique, la mienne suivra derrière. In other words Mr. J.A. is back and the A must stand for A Team! Pity the fool who will not read the following review !

En résumé : Après une entrée en matière un peu maladroite, l’Agence tous risques trouve ses marques et devient un bon film d’action pour amateurs du genre.

It’s been said for years now that Hollywood is out of new ideas, and that this has led to a series of film re-makes and TV-to-film adaptations bent on cashing in on childhood nostalgia. At first glance, that’s solidly where The A-Team is coming from, based on the classic 80’s series running from 1983-87. But re-makes and re-envisioning projects can be a tricky business and by no means a guarantee of success at the summer box office when newer, younger actors are transplanted into iconic roles. Too often, the performance comes off as a hollow caricature (Dukes of Hazard, anyone?). I mean, can you imagine anyone but Mr. T giving us a convincing, “I pity the fool! I pity him!” (Incidentally, at the age of nine I recall my father prohibiting my use of that particular phrase. While at the time I thought this was terribly unfair, I now recognize it was for my benefit, as I was about one “pity the fool” away from a thorough ass-kicking).

Looking hard for a Fool to Pity, so that the plan can lovingly come together

Thankfully, and aside from the somewhat self-conscious delivery of, “I love it when a plan comes together!” by Liam Neeson near the beginning, the film paid homage to the original series without making the characters, in fact, caricatures. For instance, Quinton “Rampage” Jackson as a believable B.A. Baracus never seemed to be channelling Mr. T, but rather sported a more modern Mohawk and the words “Pity” and “Fool” tattooed on each fist. Giant gold chains were nowhere to be seen.

The plot is an origin story, although it’s set in the present day. So instead of having fought in Vietnam, this A-Team was a covert ops team with the US military in Iraq under General Morrison (played by Gerald McRaney, best known for his role in another 80’s series, Simon & Simon, destined I’m sure to have it’s own movie instalment some day) until they were, “sent to prison by a military court for a crime they didn’t commit.” Basically, the team was tasked with recovering some stolen US Treasury plates and counterfeit cash. After a successful mission, they return to base only to have the money destroyed, the plates stolen, and General Morrison presumably killed by operatives of the crooked, private security firm, Black Forest (hmmm . . . something tells me this is not a cake-related reference). The A-Team members are sent to prison, but escape shortly after in order to recover the plates and clear their names.

The over-the-top action sequences are a lot of fun, and the movie really finds its footing after Neeson delivers a laugh-out-loud one-liner (I won’t spoil it for you here) after escaping a crematorium that reassures the audience that they’re not taking themselves too seriously. After that, it seems perfectly reasonable that one could ‘fly’ a tank plummeting to Earth by firing its main cannon at the appropriate angle, or that a man could outrun and survive an avalanche of steel containers from an exploding/capsizing container ship.

With its mixture of action, humour and overall good casting and performances, The A-Team is a surprisingly good time, and for action fans, one not to be missed in an otherwise lukewarm blockbuster season.

In a nutshell: Who doesn’t love it, when a good pop corn action movie comes together? Certainly not me. I had a fun somehow nostalgic ride with the A-Team.

Je n’ai pas réussi à convaincre Miss J. d’abandonner sa thèse pour aller voir l’Agence tous risques, mais, heureusement, un ami, Mr. J.A. n’avait ni les mêmes préventions ou pudeurs. Nous étions tout de même un peu inquiets au vu des derniers films d’action hollywoodiens et surtout des dernières adaptations de séries télévisées, même Michael Mann y a laissé des plumes.

La surprise fut heureuse car si le film n’est pas une grande oeuvre profonde et inattendue, le contrat est amplement rempli. L’argument est simple, une équipe secrète d’excellents quoique très originaux soldats, mené par le stratège John “Hannibal” Smith (Liam Neeson) se retrouve faussement accusée et enfermée. Ils s’échapperont et tenteront de rétablir la vérité pourchassé par deux équipes d’agents, les uns du ministère de la défense, menés par la ravissante et sévère Charina Sosa (Jessica Biel) et les autres de la CIA, dirigés par l’arrogant et mystérieux Lynch (Patrick Wilson).  Le réalisateur, Joe Carnahan, conscient qu’il n’adapte pas une série réputée pour la subtilité de ses scénarios, se concentre sur le reste et le résultat, malgré un ou deux passages à vide, réjouit grandement.

Concours : l'agent Sosa (Biel) est-elle débordante d'enthousiasme ou tentée parodiquement?

Son film déborde d’enthousiasme et d’affection pour la série originale et pour ses acteurs. Centrés sur les personnages, on retrouve avec plaisir “Hannibal”, Templeton “Futé” Peck (Bradley Cooper), “Looping” Murdoch (Sharlto Copley) et Bosco Barracuda (le lutteur Quinton “Rampage” Jackson, impeccable dans sa réinterprétation du personnage de Mr T). Chacun des acteurs semble retrouver le plaisir juvénile du jeu dans cette pétaradante histoire et tous de faire ressortir, sans les copier, les qualités des protagonistes originaux. On retrouve alors l’absurde, le burlesque et la dérision de la série tout en préservant le sérieux nécessaire au spectaculaire. Même si l’esprit se veut plus fort que le revolver, la violence rend crédible ce qui parfois pourrait n’être que ridicule.

La tentation parodique est parfois forte, une séance de cinéma en 3D à l’intérieur d’un hôpital psychiatrique en témoigne, mais l’équilibre est généralement plutôt bien respecté, on trouvera même une ou deux réflexions politiques. On remarquera les piques lancées au gouvernement américain et à ses mercenaires dans la gestion de la crise irakienne (Les ignobles séides de Black Forest font une référence assez transparente) et il n’est sans doute pas innocent que les agents de la CIA dépêchés sur le terrain obéissent toujours à un Lynch qui rappellera aux amateur d’histoire américaine la loi expéditive éponyme ayant mené à tant d’exécutions sommaires.

C’est donc deux heures agréables que l’Agence tout risques vous propose, à vous de savoir si vous vous sentez attirés ou pas. Mr. J.A. et moi-même avons apprécié.


Leave a comment

Filed under Action, Comedy