Zero Dark Thirty

Zero-Dark-Thirty-Affiche-FranceEn résumé : Mr. J.A. remplace Miss J. le temps d’une critique. Zero Dark Thirty propose une représentation saisissante des côtés les moins glamour du travail de renseignement et de collecte d’information. Résultat? Peut-être une discussion plus fouillée que le film lui-même sur l’usage de la torture et la force de la foi.

How does one make a compelling film depicting the hunt for Osama Bin Laden? We all know why this started, and we all know how it’s going to end. But Katherine Bigelow’s Zero Dark Thirty manages to do that, I think, by laying out a series of events, “based on” first-hand accounts of the hunt for the world’s most-wanted terrorist. I won’t go through a plot summary here, but just point out that Bigelow lays out events in a  blow-by-blow, us-versus-them way: 9/11 happened, then the CIA tortured some people (almost like payback, no?), then an attack happened, then the CIA tortured some more, then a bombing happened, then more torture happened, and so on. Bigelow doesn’t provide much more structure than this, which seems to invite the viewer to project that structure onto the film, much like an Rorschach ink blot–give someone an ambiguous form and ask them what it looks like and it might tell you something about how that person thinks (because a blob of ink isn’t actually meant to look like anything).

Look at all that ink. Obscene!

Look at all that ink. Obscene!

Having said that, it seems to me that there are two main themes running through this film. The first is the controversy we’ve all heard about: torture. And as I’ve said above, I think some criticisms that are being leveled at this film related to the portrayal of torture says more about the critic than it does the film. Some people are upset because the film suggests that torture provided useful information that did eventually lead to the location and killing of Bin Laden, and they would like to claim that this is inaccurate: torture of detainees could have played no part in it, because torture doesn’t work, which is why torture is morally wrong. By this reasoning, one cannot even question whether torture might ever be an effective means of getting information, because that would remove the moral argument against it. But this is clearly wrong. There are many things that are effective in getting a desired outcome, but are also clearly immoral. I think it was Chris Rock, great moral philosopher that he is, who said (and I’m paraphrasing), “You can get a cat out of a tree with a shotgun. That don’t mean it’s a good f**king idea!” For those who don’t care for cats, I suggest that a crying baby can be quieted by placing duct tape over their nose and mouth, but such a heinous act could never be considered moral.

In the case of torture, I think we can grant that in the case where someone does possess information and does not want to provide that information, sufficient application of pain and suffering can and does reliably result in that person providing the information. However, it also results in the case of people making up stories just to make the torture stop, and we can never know with certainty what case we’re in. Further, it seems to me that there are plenty of methods of questioning suspects that do not involve torture. Police officers do this all the time and seem to be able to extract confessions just fine. What’s more, there exists decades of research in psychology involving things like questioning techniques, persuasion, sensory deprivation, sleep deprivation, as well as things like stress, emotional cues, lie detection, motivation, obedience, groupthink, and behaviour change, not to mention neuroscience, interpersonal, family and cultural factors, all of which can be expected to impact a person’s behaviour (in this case, willingness to provide information to an interrogator). It seems to me that one ought to be able to bring these factors to bear on an individual, case by case, in a way that increases the likelihood of obtaining useful information in a way that does not involve torture.

Don't try it at home, kids - actually, just don't.

Don’t try it at home, kids – actually, just don’t.

Other people (mostly U.S. Republican politicians) are upset with the film because they think that the scenes of torture that result in getting a lead that eventually results in Bin Laden’s death indicate that the Obama administration might have given the filmmakers improper access to classified information about such a chain of events. But then, if that was true and the film was in fact portraying events accurately, doesn’t that also undermine the notion about the use of torture never being effective?

The other theme that I see woven throughout the film is the impact of faith, and by this, I don’t mean faith in the sense of well-deserved trust. Rather, I mean it in the sense of a willingness to claim certainty about a thing where all one truly has are hope, rumor and guesses. The role of faith on the part of Al Qaeda is more assumed than shown in this film—a willingness to fly a plane into a building, or blow oneself up in a crowd of infidels, may be many things, but it is not an act of cowardice. It rather better resembles the kind of bravery born of the certainty of heavenly reward that can only be the product of religious faith, indeed, perfect faith. We all know that these kinds of people have faith. What Bigelow does however, is show the impact of this kind of faith possessed by the CIA operatives. Sometimes this unwarranted certainty has disastrous consequences, as when one operative, Jessica (Jennifer Ehle), lets her guard down because she really wants to believe that a possible informant is trustworthy—she even baked him a cake, certain that he’d love it—before she’d ever met him. He blew himself up, Jessica and several others along with him.

I don't know about the cake, but Jessica's cooked

I don’t know about the cake, but Jessica’s cooked

Other times, such unwarranted certainty sustains one’s morale, as when Maya (Jessica Chastain), the protagonist, confides to a colleague that she believes that she was ‘spared’, while others were not, for the purpose of finding Bin Laden. But over the course of the film, one sees that faith becoming more and more extreme, beginning in a sense, to mirror her Al Qaeda opponents. This is not just because she becomes comfortable with the use of torture, but rather because she becomes completely obsessed with following up on the lead involving Bin Laden’s courier. She reveals herself a true believer, when she declares to Seal Team Six members as well as the CIA director and those advising the U.S. President that she’s “100%” certain that Bin Laden is hiding in the compound in Abbottabad. She had no evidence, but at that point, it was not even a gamble for her anymore. She was a study in perfect faith. We all know that, in the end, she was also right—Bin Laden was actually hiding in the compound.

It seems then to me that the key questions raised by this film are not whether torture was used by the U.S. (it was), or whether torture can be effective (it can), or whether that makes it moral (it doesn’t). Rather it’s a matter of values: Was it all worth it? What kind of society do you want to live in? What kind of person do you want to be?

How’s that for a blob of ink?

zero-dark-thirtyIn a nutshell: Is Zero Dark Thirty a fascist movie? I’d be tempted to say yes. Is it an interesting movie? Probably. Should you go and see it? Unless you are interested by the subject, no.

Une fois n’est pas coutume, ne résumons rien, car l’actualité nous renseigne sur ce film et si il vous venait un doute car vous revenez de plus d’une décennie de retraite érémitique, la bande annonce vous révélera tout : les Etats-Unis finissent toujours par retrouver leur homme, et Ben Laden après avoir vécu par le djihad est tombé grâce aux efforts continus de Maya, une agente de la CIA (Jessica Chastain) obsessionnelle et tout aussi radicale que lui. Comme l’indique Mr J.A. dans son excellent article ci-dessus, c’est le choc de deux fois et la victoire de l’Etat sur le réseau.

Rien de plus agaçant dans les longs commentaires qui parfois suivent les articles des journaux et magasines que de rapidement tomber dans les comparaisons avec l’Allemagne nazie et autres sinistres épisodes d’un vingtième siècle régulièrement raciste et meurtrier. La fameuse reductio ad Hitlerum (ou loi de Godwin) n’a pour l’instant je crois jamais atteint ce site … mais, pardon d’avance, on va frôler le carton rouge.

Jessica Chastain expulsée?

Nos héros se rapprochent-ils du point Godwin ?

En effet, Zero Dark Thirty m’a mis mal à l’aise, non que les 45 premières minutes de tortures aient été si douloureuses – malheureusement les milliers d’heures passées à voir des films ou des séries de qualités diverses m’ont petit à petit désensibilisé -, mais l’ensemble m’est apparu flirtant dangereusement avec le fascisme. Pas le nazisme, le fascisme au sens large. Je n’indique pas ceci pour disqualifier d’office l’oeuvre de Kathryn Bigelow, mais plutôt pour explorer la fascination que ce film a su faire naître à la fois chez les critiques et dans les publics américains et européens.

Si l’on se souvient Mussolini résumait son idéologie par cette formule : “tout par l’Etat, rien en dehors de l’Etat, rien contre l’Etat”, et Bigelow nous expose un monde qui obéit à ce dogme. Ses protagonistes sont sans reliefs, leur psychologie est sommaire et grandement manichéenne (eux contre nous). En nous rappelant la définition proposée par Guillemin, Berstein ou Milza (ah souvenirs d’études) : “une organisation fasciste, au sens large, s’appuie sur un pouvoir fort au service d’une classe humaine dominante, la persécution d’une classe ennemie chargée de tous les maux, l’exaltation du sentiment nationaliste, le rejet des institutions démocratiques et libérales, la répression de l’opposition et un contrôle politique extensif de la société civile”, on constate de fortes convergences avec l’univers présenté par Bigelow. Certes, l’individualisme de Maya, son obsession, est célébré, mais hors de cette singularité tout s’articule autour de l’efficacité de la machine dont elle est à la fois un rouage, mais surtout une incarnation.

Subtile illustration.

Subtile illustration

Les nombreuses erreurs factuelles très évidentes dans la description de la société pakistanaise ( je ne jugerai pas la réalité de la traque secrète de la CIA, me permettant uniquement de douter qu’une agente, aussi talentueuse soit-elle, travaille plus de dix ans sur un dossier unique) font ressortir celle-ci comme exotique, homogène, hostile voire traîtresse, et lointaine (en plus d’être bizarrement arabophone). Maya déconseille même de s’essayer à la gastronomie locale qu’elle confond d’ailleurs avec celle moyenne-orientale au moment où elle offre un repas à l’un des malheureux qu’elle a vu torturé. Le repas n’est pas pour le réconforter, Maya ne perçoit pas l’humain chez son adversaire, mais pour le manipuler et le faire parler ; littéralement, la carotte après le bâton. Intéressant aussi de constater que la réalisatrice fait apparaître “l’ennemi” plutôt comme une silhouette fanatisée, éventuellement un corps, jamais plus. Et quand celui-ci cède, car il finit toujours par céder, c’est pour soutenir l’idée que la torture est efficace ou que la mission est accomplie.

Ce manichéisme est d’ailleurs intéressant car ce refus d’empathie que la réalisatrice tente lourdement de nous faire partager en mènera, je pense, quelques uns à se dire que les actions des terroristes en deviennent justifiables.

Ironie.

Certains verront cet argument comme preuve de la droiture de la réalisatrice, de sa volonté de faire ressortir froidement la réalité de la lutte contre le terrorisme, cela ne me convainc guère. Il y a très nettement des héros et de vilains antagonistes et on ne trouvera trace de nul Hector parmi ces nouveaux Troyens.

Elle ce serait plutôt Achilles. Et c'est à coups de talon qu'elle te fera parler

Elle ce serait plutôt Achilles. Et c’est à coups de talon qu’elle te fera parler

Comme Bigelow n’est pas Riefenstahl, les efforts esthétiques de Zero Dark Thirty ne vont pas vers une volonté de magnifier une beauté plastique ou même une organisation, mais plutôt d’exposer dans un univers de violences et souffrances, la force d’une volonté et la volonté d’une force. Sa capacité à mettre en scène un univers brut que certains trouveront haletant offre quelques moments saisissants mais ce faux documentaire pèche par sa longueur et le côté profondément attendu de toutes les scènes. Homeland ou 24 heures offrent bien plus de tension et le même genre de réflexion à savoir si la fin justifie les moyens.

Dernière critique, celle-ci adressée à la presse, ce n’est pas une leçon d’histoire, cessez de tout confondre. Ou alors c’est une leçon sur la manière dont on peut écrire l’histoire et l’importance de croiser les sources. L’oeuvre de fiction très inspirée par l’histoire ne correspond évidemment pas à un documentaire, sinon c’est ce que la réalisatrice aurait choisi de faire. Il est problématique de voir qu’après ce film pour de nombreux spectateurs et, semble-t-il, de nombreux critiques, la réalité soit l’histoire racontée par Mme Bigelow. Un hommage à la force du cinéma … une défaite de la pensée critique.

4 Comments

Filed under Action, Drama, Espionnage, Guerre, Historique, Policier

4 responses to “Zero Dark Thirty

  1. Damien Cabut

    J’avais lu pas mal de trucs dans ce genre là avant d’aller voir le film et je ne comprends vraiment pas… Je ne comprends pas les quelconques critiques politiques qu’on peut faire au film. Je trouve que justement, par rapport au sujet qui se prêtait à une glorification des Etats-Unis ou, au contraire, à une diabolisation des peuples musulmans, le film reste incroyablement neutre.
    Le parti pris de la réalisatrice était de dépeindre le travail des agents de la CIA de la manière la plus réaliste possible et je trouve que le pari est incroyablement réussi et avec un recul admirable. On voit à travers la torture aussi un des mauvais aspects de la traque, qui choque et met mal à l’aise l’héroïne même. Lorsqu’il y a jugement de valeur, c’est un jugement émanant d’un personnage et souvent contredit par un autre, ce qui donne au final un film plutôt neutre de mon point de vue.
    Quant à la figure de l’ennemi, le parti pris était de faire un film sur la traque du côté américain, le fait que “l’ennemi” n’apparaisse que très brièvement à chaque fois ce justifie par ce choix là. A plusieurs reprise d’ailleurs des musulmans, voire des pakistanais même viennent en aide aux agents de la CIA sans pour autant avoir subi la torture. Accuser ce film d’ethnocentrisme? Non. Beaucoup moins en tout cas que dans la plupart des films de guerre Hollywoodien.

    By the way, I totally agree with the english analysis. 😉

    • Bonjour Damien, merci de votre commentaire.
      Je se sais pas si je peux être plus explicite, mais pour tenter de répondre à votre incompréhension, c’est vraiment ainsi que j’ai reçu ce film et, quoique je puisse comprendre votre point de vue (après tout il est partagé par la majorité des critiques que j’ai pu lire), je suis en désaccord avec vous, mais bon, ça vous le saviez déjà.
      Je n’accuse pas le film d’ethnocentrisme mais de tentation fasciste et j’espère l’avoir justifié dans ma critique. Le film ne m’apparait ni neutre ni exact (la presse pakistanaise, le Guardian et le Monde ont publié des articles allant en ce sens), et Maya ne m’est apparue que très peu mal à l’aise. En fait elle accepte et participe à la torture sans paraître avoir de réserves particulières. Je ne voudrais pas faire un procès d’intention à la réalisatrice, mais pour moi ses tentatives de montrer que des musulmans participaient à l’enquête (dont Wolf) me sont apparues plus maladroites et factices que démontrant une réelle volonté d’être équitable. Ce qui après tout ne me dérange pas outre-mesure l’artiste a le droit d’avoir un avis et de défendre un camp. Je regrette seulement ce que je perçois comme un manque de nuance par rapport aux ambitions annoncées et une tentation à être séduit par un pouvoir fort,celui de la CIA, qui renâcle devant son nouveau président et ne regrette jamais les actes commis. Il m’a été difficile de ne pas voir dans le personnage de Chastain une incarnation de la brutalité d’une politique d’état plus totalitaire que ne l’est celle des Etats-Unis.
      Vous voyez nous ne nous accorderons pas. Mais je dois dire que je suis très peu sensible aux réalisations de Mme Bigelow, que pourtant je continue d’aller voir, un fond de masochisme sans doute. Comme vous avez pu le constater Zero Dark Thirty m’a mis mal à l’aise, j’ai détesté Démineurs, je me suis endormi sous le Poids de l’Eau et ai trouvé le K19 plutôt idiot, j’avais aimé en leur temps Strange Days et Point Break et n’ai pas vu ses trois premiers films … elle partait quand même avec un préjugé proche du scepticisme, votre vision était peut-être plus objective que la mienne.
      Je suis heureux qu’au moins vous ayez pu trouver votre bonheur dans la critique anglophone, c’est aussi pour cela que sur notre site nous tentons d’avoir quelques voix différentes. Ravi que la vôtre nous ait rejoints en tout cas le temps d’une critique.
      Au plaisir de vous recroiser sur franglaisreview.

      • Damien Cabut

        Toujours agréables de comparer des points de vue. Je partais effectivement assez neutre quant à Kathryn Bigelow, je n’ai vu Demineurs, que j’ai beaucoup apprécié, seulement après coup et je ne savais pas qu’elle était la réalisatrice de Point Break que j’ai vu il y a quelques années sans en garder un souvenir impérissable…
        Il faut croire que nous n’avons pas du tout appréhender le film de la même manière, mais c’est intéressant de voir à quel point on peut ressentir les choses différemment en regardant le même film…
        Je commente rarement je passe régulièrement par ici!
        A bientôt!

  2. Je ne vous contredirai pas sur Point Break.
    Au plaisir de vous lire.
    A bientôt.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s