Category Archives: Policier

Malavita

malavita1In a nutshell: Besson’s The Family (Malavita) is like a pita: flat, lacking salt and – I suppose – out of place in a movie theatre. Great cast, terrible script unable to set consistently on a tone, lazy camera work … Besson can do much better than that, or can he?

Quelques mots brefs sur un film qui ne mérite guère que l’on s’y arrête mais appréciant Tonino Benacquista et ayant lu avec plaisir son Malavita il y a quelques temps, la curiosité et la distribution étoilée de l’adaptation bessonienne ont eu raison de mon bon sens.

Lui aussi a vu le film ...

Instantané en sortie de salles …

Luc Besson poursuit sa chute aux enfers et ne fait pas mieux que The Lady, pire il cumule les défauts initiaux du roman avec une réalisation plate, une incapacité à choisir un genre (entre la farce noire et la comédie grand public bon enfant) et une igorance flagrante des qualités de l’histoire originelle qu’il a pu adapter. Résultat : incohérences dérangeantes (la moindre d’entre elle consistant à voir les Français parler anglais entre eux), clichés prévisibles fleurant bon le poujadisme et la francophobie, et pour l’humour, il n’est pas lourd mais pachydermique.

Ringard et s’achevant sur une fusillade inepte, Malavita est cependant trop insignifiant pour que l’on se mette vraiment en colère : à voir pour les amateurs de bocage normand, les fans les plus courageux des grands De Niro, Jones et Pfeiffer ou ceux que les plaisanteries graisseuses et molles réjouissent.

1 Comment

Filed under Comedy, Policier

The Scarface Mob – Les incorruptibles défient Al Capone

In a nutshell: Hitchcock and De Palma as disciples of Phil Karlson’s The Scarface Mob? This daring theory is defended by our own Mlle L. Never afraid of a good controversy. Whether she convinces you or not, remains an interesting take on the Untouchables’ fight against Capone.

the-scarface-mob

En résumé : Peut-être influencée par l’arrivée sur nos écrans du Gangster Squad de Ruben Fleischer dont elle a admiré le Zombieland, Mlle L. retourne à l’une des sources méconnues de ce genre pléthorique : les Incorruptibles ceux de Phil Karlson, pas de Brian De Palma, qui discute toujours d’ailleurs de faire un prequel à son célèbre opus de 1987. Ca va canarder sec dans le 3 Buck DVD corner.

Leave a comment

Filed under Drama, Policier

Zero Dark Thirty

Zero-Dark-Thirty-Affiche-FranceEn résumé : Mr. J.A. remplace Miss J. le temps d’une critique. Zero Dark Thirty propose une représentation saisissante des côtés les moins glamour du travail de renseignement et de collecte d’information. Résultat? Peut-être une discussion plus fouillée que le film lui-même sur l’usage de la torture et la force de la foi.

How does one make a compelling film depicting the hunt for Osama Bin Laden? We all know why this started, and we all know how it’s going to end. But Katherine Bigelow’s Zero Dark Thirty manages to do that, I think, by laying out a series of events, “based on” first-hand accounts of the hunt for the world’s most-wanted terrorist. I won’t go through a plot summary here, but just point out that Bigelow lays out events in a  blow-by-blow, us-versus-them way: 9/11 happened, then the CIA tortured some people (almost like payback, no?), then an attack happened, then the CIA tortured some more, then a bombing happened, then more torture happened, and so on. Bigelow doesn’t provide much more structure than this, which seems to invite the viewer to project that structure onto the film, much like an Rorschach ink blot–give someone an ambiguous form and ask them what it looks like and it might tell you something about how that person thinks (because a blob of ink isn’t actually meant to look like anything).

Look at all that ink. Obscene!

Look at all that ink. Obscene!

Having said that, it seems to me that there are two main themes running through this film. The first is the controversy we’ve all heard about: torture. And as I’ve said above, I think some criticisms that are being leveled at this film related to the portrayal of torture says more about the critic than it does the film. Some people are upset because the film suggests that torture provided useful information that did eventually lead to the location and killing of Bin Laden, and they would like to claim that this is inaccurate: torture of detainees could have played no part in it, because torture doesn’t work, which is why torture is morally wrong. By this reasoning, one cannot even question whether torture might ever be an effective means of getting information, because that would remove the moral argument against it. But this is clearly wrong. There are many things that are effective in getting a desired outcome, but are also clearly immoral. I think it was Chris Rock, great moral philosopher that he is, who said (and I’m paraphrasing), “You can get a cat out of a tree with a shotgun. That don’t mean it’s a good f**king idea!” For those who don’t care for cats, I suggest that a crying baby can be quieted by placing duct tape over their nose and mouth, but such a heinous act could never be considered moral.

In the case of torture, I think we can grant that in the case where someone does possess information and does not want to provide that information, sufficient application of pain and suffering can and does reliably result in that person providing the information. However, it also results in the case of people making up stories just to make the torture stop, and we can never know with certainty what case we’re in. Further, it seems to me that there are plenty of methods of questioning suspects that do not involve torture. Police officers do this all the time and seem to be able to extract confessions just fine. What’s more, there exists decades of research in psychology involving things like questioning techniques, persuasion, sensory deprivation, sleep deprivation, as well as things like stress, emotional cues, lie detection, motivation, obedience, groupthink, and behaviour change, not to mention neuroscience, interpersonal, family and cultural factors, all of which can be expected to impact a person’s behaviour (in this case, willingness to provide information to an interrogator). It seems to me that one ought to be able to bring these factors to bear on an individual, case by case, in a way that increases the likelihood of obtaining useful information in a way that does not involve torture.

Don't try it at home, kids - actually, just don't.

Don’t try it at home, kids – actually, just don’t.

Other people (mostly U.S. Republican politicians) are upset with the film because they think that the scenes of torture that result in getting a lead that eventually results in Bin Laden’s death indicate that the Obama administration might have given the filmmakers improper access to classified information about such a chain of events. But then, if that was true and the film was in fact portraying events accurately, doesn’t that also undermine the notion about the use of torture never being effective?

The other theme that I see woven throughout the film is the impact of faith, and by this, I don’t mean faith in the sense of well-deserved trust. Rather, I mean it in the sense of a willingness to claim certainty about a thing where all one truly has are hope, rumor and guesses. The role of faith on the part of Al Qaeda is more assumed than shown in this film—a willingness to fly a plane into a building, or blow oneself up in a crowd of infidels, may be many things, but it is not an act of cowardice. It rather better resembles the kind of bravery born of the certainty of heavenly reward that can only be the product of religious faith, indeed, perfect faith. We all know that these kinds of people have faith. What Bigelow does however, is show the impact of this kind of faith possessed by the CIA operatives. Sometimes this unwarranted certainty has disastrous consequences, as when one operative, Jessica (Jennifer Ehle), lets her guard down because she really wants to believe that a possible informant is trustworthy—she even baked him a cake, certain that he’d love it—before she’d ever met him. He blew himself up, Jessica and several others along with him.

I don't know about the cake, but Jessica's cooked

I don’t know about the cake, but Jessica’s cooked

Other times, such unwarranted certainty sustains one’s morale, as when Maya (Jessica Chastain), the protagonist, confides to a colleague that she believes that she was ‘spared’, while others were not, for the purpose of finding Bin Laden. But over the course of the film, one sees that faith becoming more and more extreme, beginning in a sense, to mirror her Al Qaeda opponents. This is not just because she becomes comfortable with the use of torture, but rather because she becomes completely obsessed with following up on the lead involving Bin Laden’s courier. She reveals herself a true believer, when she declares to Seal Team Six members as well as the CIA director and those advising the U.S. President that she’s “100%” certain that Bin Laden is hiding in the compound in Abbottabad. She had no evidence, but at that point, it was not even a gamble for her anymore. She was a study in perfect faith. We all know that, in the end, she was also right—Bin Laden was actually hiding in the compound.

It seems then to me that the key questions raised by this film are not whether torture was used by the U.S. (it was), or whether torture can be effective (it can), or whether that makes it moral (it doesn’t). Rather it’s a matter of values: Was it all worth it? What kind of society do you want to live in? What kind of person do you want to be?

How’s that for a blob of ink?

zero-dark-thirtyIn a nutshell: Is Zero Dark Thirty a fascist movie? I’d be tempted to say yes. Is it an interesting movie? Probably. Should you go and see it? Unless you are interested by the subject, no.

Une fois n’est pas coutume, ne résumons rien, car l’actualité nous renseigne sur ce film et si il vous venait un doute car vous revenez de plus d’une décennie de retraite érémitique, la bande annonce vous révélera tout : les Etats-Unis finissent toujours par retrouver leur homme, et Ben Laden après avoir vécu par le djihad est tombé grâce aux efforts continus de Maya, une agente de la CIA (Jessica Chastain) obsessionnelle et tout aussi radicale que lui. Comme l’indique Mr J.A. dans son excellent article ci-dessus, c’est le choc de deux fois et la victoire de l’Etat sur le réseau.

Rien de plus agaçant dans les longs commentaires qui parfois suivent les articles des journaux et magasines que de rapidement tomber dans les comparaisons avec l’Allemagne nazie et autres sinistres épisodes d’un vingtième siècle régulièrement raciste et meurtrier. La fameuse reductio ad Hitlerum (ou loi de Godwin) n’a pour l’instant je crois jamais atteint ce site … mais, pardon d’avance, on va frôler le carton rouge.

Jessica Chastain expulsée?

Nos héros se rapprochent-ils du point Godwin ?

En effet, Zero Dark Thirty m’a mis mal à l’aise, non que les 45 premières minutes de tortures aient été si douloureuses – malheureusement les milliers d’heures passées à voir des films ou des séries de qualités diverses m’ont petit à petit désensibilisé -, mais l’ensemble m’est apparu flirtant dangereusement avec le fascisme. Pas le nazisme, le fascisme au sens large. Je n’indique pas ceci pour disqualifier d’office l’oeuvre de Kathryn Bigelow, mais plutôt pour explorer la fascination que ce film a su faire naître à la fois chez les critiques et dans les publics américains et européens.

Si l’on se souvient Mussolini résumait son idéologie par cette formule : “tout par l’Etat, rien en dehors de l’Etat, rien contre l’Etat”, et Bigelow nous expose un monde qui obéit à ce dogme. Ses protagonistes sont sans reliefs, leur psychologie est sommaire et grandement manichéenne (eux contre nous). En nous rappelant la définition proposée par Guillemin, Berstein ou Milza (ah souvenirs d’études) : “une organisation fasciste, au sens large, s’appuie sur un pouvoir fort au service d’une classe humaine dominante, la persécution d’une classe ennemie chargée de tous les maux, l’exaltation du sentiment nationaliste, le rejet des institutions démocratiques et libérales, la répression de l’opposition et un contrôle politique extensif de la société civile”, on constate de fortes convergences avec l’univers présenté par Bigelow. Certes, l’individualisme de Maya, son obsession, est célébré, mais hors de cette singularité tout s’articule autour de l’efficacité de la machine dont elle est à la fois un rouage, mais surtout une incarnation.

Subtile illustration.

Subtile illustration

Les nombreuses erreurs factuelles très évidentes dans la description de la société pakistanaise ( je ne jugerai pas la réalité de la traque secrète de la CIA, me permettant uniquement de douter qu’une agente, aussi talentueuse soit-elle, travaille plus de dix ans sur un dossier unique) font ressortir celle-ci comme exotique, homogène, hostile voire traîtresse, et lointaine (en plus d’être bizarrement arabophone). Maya déconseille même de s’essayer à la gastronomie locale qu’elle confond d’ailleurs avec celle moyenne-orientale au moment où elle offre un repas à l’un des malheureux qu’elle a vu torturé. Le repas n’est pas pour le réconforter, Maya ne perçoit pas l’humain chez son adversaire, mais pour le manipuler et le faire parler ; littéralement, la carotte après le bâton. Intéressant aussi de constater que la réalisatrice fait apparaître “l’ennemi” plutôt comme une silhouette fanatisée, éventuellement un corps, jamais plus. Et quand celui-ci cède, car il finit toujours par céder, c’est pour soutenir l’idée que la torture est efficace ou que la mission est accomplie.

Ce manichéisme est d’ailleurs intéressant car ce refus d’empathie que la réalisatrice tente lourdement de nous faire partager en mènera, je pense, quelques uns à se dire que les actions des terroristes en deviennent justifiables.

Ironie.

Certains verront cet argument comme preuve de la droiture de la réalisatrice, de sa volonté de faire ressortir froidement la réalité de la lutte contre le terrorisme, cela ne me convainc guère. Il y a très nettement des héros et de vilains antagonistes et on ne trouvera trace de nul Hector parmi ces nouveaux Troyens.

Elle ce serait plutôt Achilles. Et c'est à coups de talon qu'elle te fera parler

Elle ce serait plutôt Achilles. Et c’est à coups de talon qu’elle te fera parler

Comme Bigelow n’est pas Riefenstahl, les efforts esthétiques de Zero Dark Thirty ne vont pas vers une volonté de magnifier une beauté plastique ou même une organisation, mais plutôt d’exposer dans un univers de violences et souffrances, la force d’une volonté et la volonté d’une force. Sa capacité à mettre en scène un univers brut que certains trouveront haletant offre quelques moments saisissants mais ce faux documentaire pèche par sa longueur et le côté profondément attendu de toutes les scènes. Homeland ou 24 heures offrent bien plus de tension et le même genre de réflexion à savoir si la fin justifie les moyens.

Dernière critique, celle-ci adressée à la presse, ce n’est pas une leçon d’histoire, cessez de tout confondre. Ou alors c’est une leçon sur la manière dont on peut écrire l’histoire et l’importance de croiser les sources. L’oeuvre de fiction très inspirée par l’histoire ne correspond évidemment pas à un documentaire, sinon c’est ce que la réalisatrice aurait choisi de faire. Il est problématique de voir qu’après ce film pour de nombreux spectateurs et, semble-t-il, de nombreux critiques, la réalité soit l’histoire racontée par Mme Bigelow. Un hommage à la force du cinéma … une défaite de la pensée critique.

4 Comments

Filed under Action, Drama, Espionnage, Guerre, Historique, Policier

Top 10 – 2012

In a nutshell: For a fourth consecutive year, this blog lives! I can hardly believe it as I am writing these words. So, if you follow us, you know the drill, we shall look back on 2012 and celebrate the movies we enjoyed the most with our contributors, dear friends that they are. They shall start with their Top 5, the  film(s) they wished they’d found the time to see, and the one(s) they really rather wish they hadn’t, we will then follow.

Clap – Action – and once more happy New Year to you, dear reader!

Vous connaissez la presque routine, puisque depuis déjà quatre ans nous avons la chance de nous essayer à l’exercice … Nos contributeurs amis nous ont fourni le palmarès de leurs films préférés pour 2012, ainsi que le film qui, sans être forcément le plus mauvais, les a le plus déçus, et le(s) film(s) qu’ils ont raté en salle mais ne rateront pas en DVD. Nos voix concluront l’exercice.

Moonrise-Kingdom-de-Wes-AndersonMlle Clara’s Top 5 : Rather discreet this past year, Mlle Clara didn’t forget the path towards Franglaisreview.

1. Moonrise Kingdom de Wes Anderson
Pas toujours convaincue par les films d’Anderson (trop décoratifs), ce Moonrise Kingdom m’a enchantée: profondeur du scénario, beauté sans niaiserie du regard sur l’enfance et sur les adultes désarmés. Admirable maîtrise de son “système” de mise en scène, avec ce traitement si particulier de l’espace…

2. Le Policier de Nadav Lapid
Sorti en France en mars 2012, il semble oublié des palmarès des meilleurs films de l’année. Pourtant, ce film israélien est un gros coup de poing, par sa forme (un diptyque étonnant) et par son propos. Une autopsie sans concession de la société israélienne et du dysfonctionnement plus général de nos sociétés capitalistes aux inégalités toujours moins tolérables.

3. Au-delà des collines de Cristian Mungiu et Amour de Michael Haneke
Ex-aequo à mon sens, peut-être parce que ce sont deux films de Cannes. Deux films durs pour leurs sujets (la mort au bout, implacable) et d’une âpreté formelle qui éblouit.

5. Télégaucho de Michel Leclerc
J’avais adoré Le Nom des gens, le film précédent de Michel Leclerc. Je croyais que Télégaucho serait une resucée moins enlevée, eh bien, non! quelle pêche! quel amour de la vie et des gens, quel humour! Comme un goût d’une époque plus légère, celle de mon enfance…

Et pour le plaisir 6. Tabou de Miguel Gomes
Ce film, j’y suis allée en me disant: “Attention, chef d’oeuvre!”. Résultat, la première partie m’a ennuyée au point de me faire douter des critiques et de moi-même… Puis miracle, la seconde partie m’a emportée dans ses rets, par son charme durassien si singulier; si bien que la première partie a pris rétrospectivement une autre épaisseur, densité, beauté. La surprise de 2012.

Quelle fut votre plus grosse déception (ou le film le plus mauvais de l’année): Cosmopolis (de David Cronenberg) ! Que des critiques aient pu se pâmer devant ce machin logorrhéique bouffi de prétention reste un mystère.

Votre regret: Camille redouble de Noémie Lvovsky, Take shelter de Jeff Nichols, Lawrence anyways de Xavier Dolan …

moonrise-kingdom-balabanMme BP’s Top 5: A brand new contributor in 2012, Mme BP liked the experience and already signed on for 2013 with a review of Anna Karenina.

1. Moonrise Kingdom de Wes Anderson
2. Margin Call de J.C. Chandor
3. Tinker, Taylor, Soldier, Spy de Tomas Alfredson
4. Les femmes du bus 678 de Mohamed Diab
5. Le magasin des suicides de Patrice Leconte
.
Quelle fut votre plus grosse déception :  Le Capital de Costa-Gavras, voyez plutôt !
.
Votre regret : Amour de Michael Haneke
.
Argo-afficheLe Top 5 de Mr. J.A. : De nombreux lecteurs apprécient l’ironie et l’humour de Mr. J.A., nous aussi, il nous fait l’amitié de partager ses choix pour 2012.
1. Argo by Ben Affleck
2. The Hobbit by Peter Jackson
3. Skyfall by Sam Mendès
4. Looper by Rian Johnson
5. Avengers by Joss Whedon

Biggest disappointment
is a tie between Prometheus by Ridley Scott and The Dark Knight Rises by Christopher Nolan. I had such high hopes for both of them …

Separately, the worst film of the year has to be Underworld: Evolution by Len Wiseman, for which I did not have high hopes. I’m a bit embarrassed to admit I even began watching it (my excuse is that I was on a plane). It was as if Kate Beckinsale was channeling Milla Jovovich, that’s how bad the first half was. Can’t speak for the second half.

moonrise-kingdom-poster1M. JM’s Top 5 : This year M. JM was kind enough to write a few review for us, but also to, very kindly, convince both his wife and one of his lovely children, to participate to Franglaisreview. Thanks!
.
1. Moonrise Kingdom de Wes Anderson
2. 4:44 Last Day on Earth de Abel Ferrara
3. War Horse de Steven Spielberg
4. La vie sans principe de Johnnie To
5. Twixt de Francis Ford Coppola.
.
Un classement apparent, mais pas forcément si fixé : une année avec peu de bons films, quelques replis auteuristes européens forts (Léos Carax ou Miguel Gomes) mais qui ne m’ont pas tant ému que cela – et malheureusement trop de films estampillés auteurs dans ma liste.
.

Le cinéma américain reste encore très fort, et j’aime la façon dont il investit la télévision ou plutôt dont la télévision est devenue un îlot d’expérimentations qui me fait pas mal penser à ce qu’était le cinéma américain dans les années 70, comme dans ces séries si célèbres et si célébrées que sont Homeland ou Breaking Bad ;  je n’ai pas vu Amour de Michael Haneke, et je ne le regrette pas du tout ; je crois qu’il y avait pas mal de films italiens intéressants et cachés, j’aimerais en découvrir quelques uns.

.

killerjoe1Mlle L.’s Top 5: Last but not least Mlle L.! She is our most faithful reviewer and the proud author of the 3 Buck DVD corner, go check it! Never afraid of a good polemics, here she is in her unmistakable style:

J’allais dire comme d’habitude qu’il n’y a eu cette année que des daubes au cinéma, et vanter une fois encore les mérites du lecteur DVD. En fait, je suis pour une fois vraiment enthousiasmée par toutes les entrées de mon top 5, et j’ai même eu bien du mal à ne pas en faire un top 10. Comme quoi, l’année 2012 n’a pas été cinématographiquement si vaine, en fin de compte.

1. Killer Joe de William Friedkin
2. Moonrise Kingdom de Wes Anderson
3. Argo de Ben Affleck
4. Tinker, Taylor, Soldier, Spy de Tomas Alfredson
5. The Best Exotic Marygold Hotel de John Madden

Et puis, dans le genre “pas recommandable mais quand même qu’est ce que j’ai pu rigoler”, j’ajouterai

The Expendables 2 de Simon West (si, si)

En revanche, 2012 fut aussi l’année de sortie d’un film pour lequel je conserverai ad vitam aeternam une haine aussi tenace que sanguinaire, l’atroce Ruby Sparks de Valerie Faris et Jonathan Dayton

Pour finir, je regrette (un peu) de n’avoir vu ni Margin Call de J.C. Chandor, ni The Dictator de Larry Charles.

Amour posterMiss J.’s top ten

Ah, what an amazing year it’s been! Er, although slightly less so on the big screen – I had to scratch my head a little to put together this top ten, although it was worth the effort:

1. Amour by Michael Haneke –  almost punishing to watch – but Amour shimmers from start to finish.

2. Moonrise Kingdom by Wes Anderson  brilliantly engaging comic tale, bursting with wistfulness and whimsy.
3. Margin Call by J. C. Chandor – an enthralling dramatic close-up on economic and moral meltdown on Wall Street.
4. Skyfall
by Sam Mendes- one of the greatest James Bond films ever made (and we’ve checked).
5. A Dangerous Method 
by David Cronenberg – Russian hysteria and erotic transfer in psychotherapy doesn’t get any better than this.
6. Argo
 by Ben Affleck – real life is one of the best sources going for black comedy with US diplomats in the Middle East.
7. Camille Redouble
 by Noémie Lvovsky- phew – a French film at last! A  very decent smash hit comedy.
8. Killer Joe by William Friedkintroubling (to put it mildly) but darkly brilliant – chicken drumstick trauma scene and all.
9. Cosmopolis
 by David Cronenberg – a hypnotic, languid, classy watch.
10. Best Exotic Marygold Hotel
by John Madden – heartwarming and humorous, with a fantastic cast.
.
Three films I wished I hadn’t bothered seeing:
1. The We and the I  by Michel Gondry – truly abject viewing from a self-satisfied Gondry and a busload of obnoxious teenagers.
2. The Campaign by Jay Roach – Will Farrell disgraces himself by partaking in this drivel-ridden satirical flop.
3. Dépression et des potes by Arnaud Lemort – a dead dreary buddy movie which should have gone straight to bad cable TV.
.
I am sad to have missed Kenn Scott’s Starbuck and Léos Carax’s Holy Motors, and hope to track them down on DVD.

Le top ten de M. D.

tinker-tailer-poster1. Tinker, Taylor, Soldier, Spy de Tomas Alfredson. Tout me plait dans ce film, du scénario très intelligemment adapté du livre de Le Carré, aux acteurs britanniques démontrant une qualité et une constance presque éprouvantes pour la concurrence, en passant par une cinématographie léchée, réfléchie et un montage au cordeau. J’ai tant aimé que j’ai même revu, puis revu encore.
2. Moonrise Kingdom de Wes Anderson – Un film enchanteur, merveilleusement doux-amer et léger, Mlle Clara en a déjà bien parlé. Ce fut une déception de ne pas le voir récompensé d’une manière ou d’une autre à Cannes. Toujours difficile pour une comédie de recevoir les hommages qu’elle mérite.
3. Compliance de Craig Zobel – Un film presque documentaire, ce qui fait toute sa force. Glaçant, gênant et très stimulant.
4. Killer Joe de William Friedkin – Une leçon de cinéma, des acteurs en état de grâce (Matthew McConaughey!), la scène du pilon, la plus choquante de mon année dans les salles obscures.
5. Margin Call de J.C. Chandor – Pour un premier film, un coup de maître, et un vrai beau film sur la crise financière sans diabolisation ni recours au spectaculaire … et pourtant ce huis-clos est exceptionnellement spectaculaire.

Skyfall16. Skyfall de Sam Mendès – Un James Bond magnifique ; l’un des plus impressionnants, j’ai vérifié.
7. Starbuck de Ken Scott – Une très belle comédie, ce serait dommage de bouder son plaisir.
8. La Vie sans principe de Johnnie To – L’élégance de Johnnie To et des acteurs percutants.
9. Holy Motors de Leos Carax – Des images me restent, me reviennent et me plaisent.
10. Argo de Ben Affleck – Tendu et amusant, un film intéressant, solide quoiqu’un peu scolaire.

Notons que les deux films de Cronenberg, celui de Lvovsky et Une Nuit de Philippe Lefebvre ne sont pas loin derrière.

The-Dark-Knight-RisesLes trois déceptions : Dark Knight Rises de Christopher Nolan, je l’attendais avec impatience et fus déçu par cette enclume de film au scénario absurde, un gachis ; Looper de Rian Johnson que j’aurais tendance à renommer Loupé ; Associés contre le crime de Pascal Thomas, si mauvais qu’on en vient à voir sa colère se transformer en abattement (38 témoins, c’est plutôt le contraire) .

Les trois films (bon, j’admets il y en a plus) qui me tentent mais, ma foi, tant pis … Bullhead de Michaël R. Roskam, Tabou de Miguel Gomes, Like Someone in Love de Abbas Kiarostami.

Leave a comment

Filed under Action, Animation, Aventure, Biopic, Cinema, Comedy, Drama, Espionnage, Fantasy, Guerre, Historique, Policier, Road movie, Romance, Sci-fi, Superhero, Thriller

De l’autre côté du périph

autre-cote-du-periphIn a nutshell: Not Lethal Weapon or Beverly Hill’s Cop, but an ok buddy movie with a few laughs and a lot of smiles. Next time they might even have a decent scenario … anyhow, Sy and Lafitte make a very nice duo.

Comment est-ce que ma résolution pour aller voir Tabou au cinéma s’est transformée en découverte de De l’autre côté du périph est à la fois une énigme et une preuve que si ma volonté est de fer, celui-ci rouille.

Réalisé par David Charhon qui jusqu’alors ne s’était pas illustré dans ce qu’il y a de mieux – Cyprien pas le talentueux humoriste et vidéaste, celui avec Elie Semoun -, on pouvait douter des talents du réalisateur et sur le fait que jamais nous ne nous accorderions sur ce qu’est un “bon” film “drôle”.   Je suis malgré tout d’assez mauvaise foi car je n’ai vu de Cyprien que la bande annonce, mais vous admettrez que … Bref, De l’autre côté du périph partait avec un handicap.

Un handicap!? Insolent! Je vais te montrer qui est "Intouchable" ici!

Un handicap!? Insolent! Je vais te montrer qui est “Intouchable” ici!

Et bien, un peu comme dans ce film, foin du suspense, la sauce est bonne, manque la blanquette. A défaut de scénario et d’une certaine cohérence dans la mise-en-scène, De l’autre côté du périph offre à deux excellents acteurs (Omar Sy et un exceptionnel Laurent Lafitte) la possibilité d’exprimer tout leur talent comique. Ainsi, se calquant ouvertement sur les classiques de la comédie d’action policière et du buddy movie des années 1980 (Le Professionnel et Le flic de Beverly Hills, ou dans une moindre mesure le Marginal et l’Arme fatale), Charhon permet à deux caractères opposés, le bourgeois parisien, Lafitte, et Sy, le banlieusard du 9-3, de se détester, se charier, puis de s’apprécier, le tout en résolvant un meurtre crapuleux.

Les amateurs du genre remarqueront l’alchimie efficace entre les deux têtes d’affiche, mais surtout se divertiront. Le plaisir est éphémère, mais il est bien présent et à défaut d’une intrigue solide et d’une fin convenable quelques scènes réjouiront.

afficheperiphEn résumé : Omar Sy et Laurent Lafitte forment un duo de policiers dans un film comique d’action moins que remarquable, mais qui se laisse regarder avec plaisir grâce au grand talent de ses comédiens.

After Les Intouchables, Omar Sy is back with a new banlieue vs chichi Paris flick, David Charhon’s action comedy De l’Autre côté du périph. He plays Ousmane Diakhaté, a banlieusard policeman who’s convinced he’s uncovering the political and business corruption scoop of the decade. Armed with a camera and a death wish, he’s all over the case when the corpse of the wife of a French business bigwig is discovered right in his beat in Bobigny.

But the investigation of crimes of such magnitude gravitates straight to the flashy police units of Paris, which is where greasy pole careerist, womanising François Monge (Laurent Lafitte) comes in. And it’s hard to not to notice him, after a first scene where he demonstrates how to kill dead, and move on from, a flourishing relationship in thirty seconds flat (don’t try this at home?) Monge holds his nose as he heads to Bobigny in the hope of wrapping up the murder case by the evening, his mind firmly fixed on imminent promotion. Sy bounds up, armed with camera and copious rolls of velcro, latches on and Monge finds himself lumbered with an investigative partner whose methods look almost certain to scupper his quest not only for promotion, but continued employment of any form.

Has François Monge had his chips?

Has François Monge had his chips?

I’m glad to be able to report on this film at all, as for the first five minutes or so I wasn’t sure I was going to be able to make it through the screening. Nothing to do with Sy and co, but UGC Les Halles seemed to have decided that early onset deafness was the way forward for the hoards hardy enough to attend a screening in Salle 23 of their multiplex. I think jet planes taking off have a lower decibel count than the volume they’d gone for – even Lafitte’s seductive whispers to any woman foolhardy enough to get within striking distance of him came over as the roar of a pack of testy lions.

Anyway, I hung in there, grew used to the growing numbness in my ear canals, and noted that while the ensemble does not hang together terribly well – incoherent doesn’t begin to cover it at times – the whole thing is dripping with well-constructed gags, sparks flying thanks to the huge comic talents of both its stars. It waltzes fairly elegantly with the clichés it deals in, rather than sumo wrestling them for hours to the sounds of grunting and squishy flesh colliding. It’s no masterpiece and lacks narrative depth on pretty much all sides, but I had an excellent time.

Leave a comment

Filed under Comedy, Policier

Le Téléphone Sonne Toujours Deux Fois !!

En résumé : Mlle L. en savait plus que les autres et les autres en savaient moins qu’elle. Elle décida en conséquence, et toujours aussi entière, de porter aux nues le premier film des Inconnus quand ceux-ci l’étaient vraiment et ne portaient pas encore ce nom (suivez car cela ne deviendra pas plus simple). En chemin, elle se désole du peu de succès de cet opus (à l’instar de Jonathan Lambert, vous verrez cela et la critique de Mlle L. ici) et de la réussite d’autres films qu’elle (et elle seule) estime moins dignes de louanges, comme, tenez, La Cité de la Peur. J’en connais une qui va recevoir du courrier …

Mlle L. (inspirée par Marc Elbichon) : Vous savez, les critiques de cinéma officiels sont aussi efficaces devant cette affaire qu’une cuillère à soupe devant un bon bifteck.
Un lecteur lambda (inspiré par Annabella) : Et vous êtes le couteau?
Mlle L. : Oui… Le couteau, oui c’est ça.
Un lecteur lambda : Ça tombe mal je ne mange que de la viande hachée.

TST2F

In a nutshell: To start 2013, Mlle L. remembers 1985 and a relatively forgotten French comedy, a spoof of a thriller, The Phone always rings twice. I don’t believe it was ever dubbed or subtitled in English, quite the loss if you believe Mlle L. You can be the judge of it as you’ll find the movie online at the end of the review. Happy New Year!

1 Comment

Filed under Comedy, Policier

La Vie sans Principe (Dyut Meng Gam)

In a nutshell: Is greed good? Johnnie To’s answer to Oliver Stone’s Wall Street or today’s economic crisis might surprise you. It’s been a while since I saw this one, but it was such an excellent movie that it’d be a shame not to briefly talk about it. 

Toujours prolifique, toujours habile, mieux élégant, Johnnie To revient avec peut-être son meilleur film depuis son diptyque, Election 1 et 2,que vous trouverez facilement en DVD si, inattentif, vous l’aviez manqué il y a quelques années. Moins ouvertement violent qu’à son habitude, To range les flingues pour préférer les calculettes, plus silencieuses et dangereuses. Virtuose, il mêle trois histoires alors que Hong-Kong est frappée par la crise financière “grecque”. Celle d’un couple composé d’un policier stoïque (Richie Ren), plus confortable face aux triades qu’à sa femme (Myolie Wu), qui voudrait acheter un appartement avant que les prix ne grimpent trop. Celle de gangsters, en particulier Panthère (Ching-Wan Lau), qui découvrent que la haute finance est plus rentable que le traditionnel racket. Enfin, celle d’une employée de banque sous pression (Denise Ho), obligée de se compromettre si elle souhaite garder son poste ; sa directrice veut du résultat.

Une fois encore, le cinéma hong-kongais frappe un grand coup

“Je voulais montrer la banque de l’intérieur, explique le réalisateur hong-kongais à propos de La Vie sans Principe, en filmant une de ses employés. Car le plus grand problème de la crise économique mondiale, ce sont les banques. Elles ont perdu leurs identités. Quand j’étais enfant c’était des endroits sûrs qui protégeaient votre argent…. Désormais les banques sont dangereuses (…) Nous vivons dans un monde turbulent. Pour survivre, les gens n’ont pas d’autres choix que de jouer. Peu importe combien de temps vous parvenez à suivre les règles, tôt ou tard, une partie d’entre vous seront perdus”.

Dans ce style fluide et prenant qui est sa marque de fabrique, aidé d’acteurs que M. To affectionne (M. Lau par exemple en est à son 8ème film avec lui), le réalisateur joue en maître avec nos attentes. Dynamisme, brillance technique, humour noir, pertinence de l’étude sociale, il n’y a (presque – c’est un peu démonstratif -) rien à jeter. Alors fans de polars et milieux mafieux, observateurs de bulles financières et immobilières, ou dénonciateurs du secteur bancaire, mais surtout cinéphiles, précipitez-vous !

1 Comment

Filed under Policier, Thriller, Uncategorized

Killer Joe

In a nutshell: Not for the faint of heart – it contains one of the most violent scenes I’ve seen in a while -, Killer Joe is a dark, very dark farce and a beautiful thriller. The cast is stellar, the scenario clever and Friedkin hasn’t lost his touch. Awesome !

Et le prix du meilleur film de la rentrée, voire de l’année, est attribué à Killer Joe. William Friedkin revient en grande forme en adaptant pour la seconde fois (après Bug) une pièce de théâtre de Tracy Letts. Selon le réalisateur : “C’est une version un peu tordue de l’histoire de Cendrillon. Juno Temple joue une jeune fille dont le frère et le père monnayent les charmes auprès d’un tueur à gages chargé d’assassiner leur mère. Cendrillon veut se libérer de cette famille, et la seule solution qui s’offre à elle pour y parvenir, c’est de tomber amoureuse de son prince, un flic qui est aussi tueur à gages”. Le résultat est grandiose, drôle et perturbant, assez loin de vos souvenirs Disney.

Servi par une distribution exceptionnelle au premier rang de laquelle Matthew McConaughey (dont c’est l’année, tant il émerveille de film en film), Killer Joe dresse avec férocité le portrait d’une famille prolétaire (“white trash”) d’un sud des Etats-Unis en perte de repère. Emile Hirsch (le fils indigne), Thomas Haden Church (le père “limité”), Gina Gershon (la belle-mère adultérine) et Juno Temple (la pure et étrange jeune fille) seront sortis du chaos moral dans lequel ils se trouvent par la présence dominante et la violence ordonnée du tueur et policier (McConaughey) qu’ils ont eu l’inconscience d’engager.

Une fable moderne et texane : le rat et le corbeau.

Peinture sociale tragique et sauvage – on sent dans les thèmes et l’écriture les influences de William Faulkner et Tenessee Williams – Friedkin en profite pour éclater, parfois avec outrance, toujours avec intelligence, tous les codes habituels de la morale américaine et ceux de la série B typique. Il me faut d’ailleurs vous prévenir que ce film n’est pas pour tout public – certains y seront très allergiques -, le réalisateur nous imposant par exemple, un peu avant la scène finale, l’une des scènes les plus choquantes aperçues au cinéma depuis longtemps.

Féroce, malsain, çà ou là libidineux, Friedkin insuffle pourtant de manière constante un humour noir qui peut réjouir, ou – comme ce fut, je crois, le cas pour Miss J. – horrifier plus encore. Son habileté derrière la caméra, sa capacité à créer de la belle image et la servir dans un rythme resserré, vif, adéquat sans volonté à être particulièrement démonstratif impressionnent, mieux enthousiasment. La noirceur et l’ignorance humaine ont un chantre, un exégète, rendons lui hommage et courons voir ce film.

En résumé : Un film superbe que j’ai trouvé insupportable. 

As the poster promises, Killer Joe is totally twisted. There’s no denying that it’s a well put-together piece of cinema, but it is not for the faint of heart. By the end, I was pretty sure I belong to the latter category, or at least was left craving an honorary membership. Mathew McConaughey plays Joe, an almost impeccably heroic, moral citizen in a world besmirched by feckless trailer trash. Apparently dissatisfied with his modest salary in the police force, he sidelines in contract killing.

His clients, for our viewing pleasure, are the Smith family. Thomas Hayden Church plays henpecked family father Ansel, whose ex wife is an abusive alcoholic in possession of a sizable life insurance policy. Their son, Chris, has been dabbling ineptly in drug trafficking and fallen into a ridiculous amount of debt with some local gangsters. When he brings up the idea of bumping off his mother in order to rustle up the cash to save himself from paraplegia or worse from irate men with baseball bats, no one objects. Not Ansel, nor his lewd live-in girlfriend Sharla (Gena Gershon), nor even the terrifyingly sweet and innocent younger sister Dottie (Juno Temple). Not least given that it sounds as though there’ll be a generous hunk of cash left to share out between all four of them.

A fine, upstanding family

As soon as Killer Joe arrives on the scene, it’s evident there’s a large amount of mincemeat about to be made out of the lot of them.  Joe is measured, precise and clinically true to his word – each promise he makes as to the punishments he has lined up for breach of contract is more chilling than the next, and conveyed with a credibility of steel. The Smith family meanwhile are as all-over-the-place and flaky as humanly possible, not least as far as the  instigator of the contract, Chris, is concerned. When events start to unravel, just as the stars indicate they must from the start, Joe oozes glacial resignation and serene, psychopathic assurance.

This is a tale of immense violence, both physical and verbal. The script is superb, but chilling. The actors are mesmerizing and the plot taut from beginning to end, with  claustrophobic unity of action and gracefully morbid fatality.  The family is laid bare, stripped of all dignity by Joe, save the ambiguity of the fate of ‘fairy tale princess’ Dottie, who hovers on the edge of a dream world of her own making in a form of escape from her sordid surroundings.

I’ve been playing with my dollies all day, lalala

It is not exactly a flattering social portrait. This is a pantomime trailer trash family, yet the quality of the performances somehow manages to squeeze it into credibility. Joe is anything but forgettable. As is the film. There are constant flashes of superb black humour throughout. It is intelligent, thoughtful stuff. Yet it is horrible. Truly boundary-violating, pungent stuff that I would never, ever sit through again under any circumstances. I had to start shutting down my senses at key stages in the film in order to numb myself from the intensity, which regularly ratcheted up to hurricane force, but with such elegance and poise that it took your breath away.

Which left me by the end with an ‘it’s complicated’ feeling. On one hand,  I can’t believe we can actually craft and partake in this stuff for entertainment as a species… But this is far from trashy sensationalism. I soaked in the enthusing all around me for this film cocooned in a numb little bubble of my own making to stave off as best I could the images that remain stuck in my head, far too long for comfort after the credits  rolled.

1 Comment

Filed under Drama, Policier, Thriller

Le Guetteur

In a nutshell: Michele Placido gets great actors and starts shooting a rather cool and slick B movie. Tragedy strikes as the story unfolds … the scenarists were probably mad and it’s too late to do anything. Sad.

Exercice intéressant que de voir Le Guetteur, un film policier qui, sur le papier, a tout pour plaire et, pourtant ne transforme pas son potentiel.

Que s’est-il passé ?

On ne peut blâmer Michele Placido, réalisateur habile, qui a su  réunir Auteuil, Kassovitz et Gourmet, un trio d’acteurs au sommet de leur art puisque, ici, aucun ne cabotine et tous défendent avec le talent qu’on leur connaît des rôles forts, dans une série B classique où le plaisir devrait grandir à chaque minute à les voir se confronter.  La photographie n’est pas en cause, saturée et grise, elle augmente l’impression de sécheresse et de dureté de cette traque d’un braqueur et tireur d’élite (Kassovitz) par Mattéi, un commissaire à l’ancienne (Auteuil), bourru, autoritaire et tenace, qui ferait passer Javert pour un inconstant. Le montage (champ-contrechamp, montage parallèle, flash-back) ne surprend guère mais ne choque pas non plus.

‘Tain t’étais pas censé être Auteuil, toi?

D’où vient alors ce fumet persistant de navet ? Foin de suspense, du scénario.  Affolant de penser que personne n’a songé à le relire. L’exagération tragique est poussé à un point si absurde, que l’âpreté du face à face disparaît pour un ridicule grand-guignolesque  qui en laissera plus d’un sceptique ou franchement amusé. Comme dans une pièce de Wajdi Mouawad on ignore la mesure et on cultive la coïncidence dramatique. Et la récolte est belle. Trop belle.

Ainsi le spectateur découvre qu’une lutte entre un criminel brillant et un divisionnaire coriace et pointilleux ne suffit plus, il faut rajouter la guerre d’Afghanistan, une tumeur au cerveau, un pervers polymorphe, des gitans, des crimes sexuels, une vengeance familiale, car – surprise – le fils du commissaire a été tué par le tireur d’élite, et si une femme d’un des bandits attend son mari, elle se doit d’être enceinte. Il manque juste une tentative d’assassinat sur le président de la République et un complot avec des extra-terrestres mais je pense que ce sera dans le numéro 2, si – Les Muses nous préservent – le film a du succès.

Le Guetteur aurait pu plaire, mieux marquer les esprits, mais tel un soufflé prétentieux, il s’effondre vite et laisse incrédule le spectateur devant tant de gâchis. La prochaine fois, cher Michele, offrez-vous un scénariste moins influencé par les soap-opéras (“Comment Brandon, tu es aussi ma mère ???”), et faîtes relire le script, vous, ou en tout cas nous ne le regretterons pas.

Leave a comment

Filed under Policier, Thriller

Sherlock Holmes et le Collier de la Mort

In a nutshell: Mlle L.’s new style is wearing a woolly hat and smoking a pipe, she then insists on presenting movies in which her tastes for clothing find a match … After her defense of Guy Ritchie’s horrible wreck of an adaptation – think of a dull Mission Impossible in the 19th centuryshe proposes Christopher Lee instead of Robert Downey Jr. to fill in the shoes of the great Sherlock Holmes. May Conan Doyle rest in peace (pieces?).

En résumé : Un film en noir et blanc hésitant entre la série B et la série carrément Z ? Aucun doute, Mlle L. réinvestit son 3 Buck DVD Corner et après avoir (bizarrement) porté aux nues le très médiocre (et c’est rien de le dire) Captain Europa contre l’infâme Moriarty (ou un truc du genre) du pompier Ritchie, elle propose une adaptation plus classique de Sherlock Holmes. Ou pas. C’est à vous de voir par ici.

Leave a comment

Filed under Aventure, Policier